Ventilation d’une habitation

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les techniques de construction et d’amélioration de l’isolation rendent l’habitation moderne presque totalement étanche à l’air, dont le renouvellement est pourtant indispensable pour d’évidentes raisons d’hygiène et de confort. Une ventilation mécanique s’impose pour chasser l’air vicié, l’humidité ambiante ( et éviter ainsi la condensation ), la poussière en suspension et les moisissures.

Comment ventiler son logement ?

La ventilation peut se faire naturellement par des entrées et sorties d’air situées en partie haute des huisseries. Elle peut être activée par des aérateurs mécaniques ( avec ou sans moteur ) placés sur les vitres des fenêtres situées dans les pièces les plus humides, donc soumises le plus directement à la condensation : cuisine, salle de bain, les entrées d’air se trouvant dans les pièces les plus sèches.
Mais les ventilations naturelles ou activées présentent l’inconvénient de refroidir l’habitation ( ce qui conduit souvent à les condamner l’hiver, non sans risque lorsqu’on possède un chauffe eau ou un chauffage à flamme nue ! ). Ce type de ventilation se révèle par ailleurs totalement insuffisant dans une maison ou les huisseries sont très étanches ( portes et fenêtres en P.V.C. par exemple ).

On à recours alors à une ventilation mécanique contrôlée ( V.M.C ) constituant un système complet de renouvèlement de l’air et comprenant des entrées dans les pièces les plus sèches. Des bouches d’évacuation dans les pièces les plus humides, u réseau de gaine conduisant l’air vicié vers un caisson de ventilation contenant le moteur ( très silencieux ) et le mécanisme d’aspiration ( à placer dans les combles ) ; enfin, une gaine d’évacuation débouche en toiture par la cheminée ou par un chapeau de toiture.
Des systèmes très perfectionnés permettent de réguler le taux d’humidité de l’habitation par des sondes placées dans les pièces les plus humides ( caisson hydrovariable ), voir de réchauffer l’air neuf par récupération des calories de l’air vicié extrait des pièces «techniques » ( caisson à double flux ).

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »